Aidons nos zébrillons

Aidons nos zébrillons hypersensibles

Tous les enfants naissent différents, il y a une multitude de petites merveilles qui ne demandent qu’à s’épanouir. Notre société en transition commence à réfléchir à cette multitude de possibles et à la manière d’éduquer différemment et accompagner nos enfants qui présentent tous des particularités lumineuses.

Je m’attarde aujourd’hui sur ces enfants « zatypiques », les zébrillons hypersensibles.

Ce zébrillon a un fonctionnement psycho-affectif et cognitif particulier. Il réagit de manière différente et très impressionnante aux stimulis extérieurs. Ce qui rend très souvent son champ relationnel difficile. L’entourage ne le comprend pas toujours, et lui même a du mal aussi.

Imaginez un être sans peau qui sort à l’extérieur. C’est ce que vit l’hypersensible dans son corps, son mental et son coeur. Il est attaqué de partout.

Au niveau physique : Il a ce qu’on appelle l’hyperesthésie. Les bruits, les odeurs, la lumière, les sensations lui arrivent de façon très agressante et disproportionnée. Son cerveau a donc beaucoup de travail à calmer tout cela, à gérer toutes les sensations en même temps, et il peut être plus fatigué que la moyenne.

Il peut aussi avoir besoin de calme et de retrait, de solitude, pour retrouver de la zénitude. Il peut réagir avec des émotions très fortes, car il est envahi d’agressions extérieures et ne peut pas toujours les analyser posément ; il réagira alors de façon pulsionnelle (colère, tristesse, peur, repli, excitation, hyperactivité, cri, etc…)

Au niveau cognitif, il a un sens différent de l’observation, plus souvent subtil, intuitif et dans le détail. Il aborde très souvent les matières intellectuelles de façon globale et sensorielle.

C’est aussi un capteur émotionnel incroyable ; il est submergé et constamment envahi par ses émotions mais aussi celles des autres. En public, il peut être en difficulté, car il reçoit les émotions des autres en lui.

Il peut aussi souffrir de solitude dans sa différence mais aussi d’isolement (qui serait une réaction aux stimulis mais pourrait l’affecter).

Dans un système scolaire tel que nous le rencontrons habituellement et dans notre société de compétition, il est très souvent confronté à une norme jugeante qui risque de le déstabiliser. Le Zebrillon, dans ces normes jugeantes (qui valorisent la ressemblance entre pairs et la compétition) va avoir son ego fragilisé (je suis moins bien que les autres) et réagira peut être en victime : «  je serai toujours moins bien que les autres, c’est comme cela, je ne peux rien faire » (pôle dépressif)  ou développera une protection égotique surdimensionnée : «  je me sens différent alors suis supérieur » ou s’isolera pour ne pas ressentir ces difficultés.

Il pourrait développer des dérives ; peur de ses propres réactions, vulnérabilité et auto-critique démesurée (manque de confiance), révolte contre l’injustice, protection contre l’amour et l’amitié, sauver les autres…

Il est donc important, voir indispensable, en tant que parent, éducateur, enseignant de comprendre et d’accompagner au mieux ces découvertes sur l’enfant et de réagir avec une attitude adaptée, afin qu’il puisse comprendre qu’il a un don, que cette particularité est merveilleuse et qu’il peut la développer pour vivre au mieux cela.

Quelles sont les pistes ?

Il va d’abord falloir définir les besoins de notre enfant hypersensible et de lui apporter les outils de développement.

Ne cherchez surement jamais à endurcir son hypersensibilité, vous risqueriez de créer chez lui une anesthésie possible des émotions à travers des addictions (notamment la nourriture et donc les problèmes de poids), de développer un égo « de travers » et une carapace émotionnelle.

Il faudra donc se demander comment calmer l’hyperesthésie, accueillir les émotions et comprendre leurs messages pour y répondre adéquatement,  valoriser l’intelligence émotionnelle (faire de la place à son hyper empathie, sa sensibilité, son intuition, développer son vocabulaire et ses habilités émotionnelles) …

Beaucoup d’outils en neurosciences peuvent aider l’hypersensible qui pourrait développer plus de cortisol que la moyenne (hormone du stress) et je vous invite très sincèrement à vous y intéresser. Méditation, sophrologie, kinésiologie, EFT, hypnose, relaxation, massage, etc…

Et si vous désirez en savoir plus, je vous invite à participer à nos formations ouvertes à tous les adultes dès le mois de janvier (un dimanche par mois)

Sophie Mercier Thérapeute / Coach

 

Le burn out maternel

Le Burn out maternel... Article et explications

Il y a des siècles, les femmes grandissaient dans une société patriarcale où la domination masculine était acquise. Les rôles étaient déterminés, chaque personne avait une fonction au sein du couple et de la famille, inscrit et appris : tout le monde avait des repères. Suivre le modèle était sécurisant.
Depuis mai 68, les femmes ont acquis des droits. Elles ont demandé de pouvoir choisir leur vie, leur sexualité, et d’avoir les mêmes droits que les hommes et ont voulu partager le territoire de façon égalitaire. Elles sont sorties de leur maison, devenues plus indépendantes. Elles ont gagné énormément de choses à travers cet avènement du choix. Le choix de procréer ou non, le choix de travailler, de divorcer…
Elles pouvaient déroger aux modèles, se réaliser en tant que personne singulière, sans être l’épouse d’un homme : une fonction perpétuée depuis longtemps.

Et par là, les femmes sont confrontées à de nouvelles situations, inconnues souvent, donc sans repères et insécurisantes:

La première serait la puissance du regard de la société : « toi, femme, tu es faite pour procréer et tu as 40 ans, et tu n’as pas d’enfant : tu aurais choisi ton développement personnel plutôt que de participer au développement de la race humaine? » Combien de femmes qui ont choisi cette situation ne souffrent pas du regard et du poids de la culpabilisation de la société, voir même de leurs proches ?

Une autre difficulté résulte de la demande de perfection que la société et l’entourage envoie ; les femmes sont invitées à être des Superwomen, et puisqu’elles ont le droit de tout avoir (être mère, être femme, être épouse, être belle, avoir une sexualité) il est question de faire tout cela parfaitement. Elles se mettent donc une pression immense sur les épaules en voulant réussir tous ces domaines à la fois. Elles se disent aller bien, car dans cette société de compétition, elles doivent réussir pour être considérées et reconnues. Elles n’osent dès lors pas se reconnaître en souffrance, et développent la honte et la culpabilité dans les difficultés qu’elles ressentent. Combien de femmes n’ai je pas entendu se dire être des mauvaises mères, car elles ne se sentent plus à la hauteur, elles s’énervent un peu trop vite, n’ont pas envie de lire une histoire aux enfants, ni de faire l’amour, ni de faire le ménage etc… ?
Or, auparavant, quand nous vivions en clan, toutes ces tâches et ces fonctions étaient réparties entre les personnes du clan. Et la maman avait des relais possibles.
Maintenant que nous vivons en famille nucléaire, il n’y a que deux parents (et même parfois un seul suite à un divorce) pour s’occuper de tout le quotidien familial, ce qui rend la situation très lourde.
La femme a aussi acquis des compétences ménagères dans son éducation, et pourrait dans son couple, ne pas considérer son conjoint comme apte à l’aider. Ce qui, par gain de temps ou d’efficacité, alourdit encore un peu plus la sienne. Elle est donc co-créatrice de son malheur. En voulant aller plus vite, elle zappe la période d’apprentissage (mettre tout le monde au travail à sa place) et elle prend en charge, et s’alourdit d’avantage.

Le burn out maternel arrive à ce moment là. La surcharge des tâches ménagères, l’intendance excessive qu’elles prennent naturellement, leur désir d’être à la hauteur dans tous les domaines, la non reconnaissance personnelle de leurs difficultés, de leurs fragilités, la honte, la culpabilité, la comparaison avec les autres, les mènent vers l’effondrement d’elles mêmes.

Elles en arrivent à développer un regard sur elles très négatif, d’incapables à y arriver, elles perdent leur repères internes.
En acte, elles peuvent développer de la dépression, une énorme fatigue, du ras le bol, elles croient ne plus aimer personne, ni même leurs enfants, tout devient insupportable à vivre. Elles expriment juste le besoin d’être en boule dans un coin d’une pièce et d’être seules.

Elles se sont vidées de leur essence même, elles ne voient plus le sens de leur vie et ne se sentent pas heureuses, malgré tout ce qu’elles ont construit.
Parfois même on observe des « dégâts collatéraux « ; enfants en difficultés, troubles conjugaux qui ajoutent encore et encore du poids à toute la situation. Parfois même on les observe grossir, ou dériver vers des assuétudes, seule alternative bien être pour elles, et même, seules anesthésies possibles de leurs émotions qui essaient d’imposer leurs messages !
Tout est langage, il me semble, et le message est bien véhiculé à travers cela : il est temps de s’occuper de soi ! Help, SOS, si un tel vacarme n’est pas entendu, on prend de sérieux risques pour soi.
Avant de donner tout aux autres, pour être et paraître parfaite, il est temps d’être soi même et de s’aimer !
L’amour des autres passe par l’amour pour soi.
La femme en burn out est vide, brûlée de l’intérieur et ne sait plus donner, elle doit recharger ses batteries.
Elle doit apprendre à se recentrer sur elle avant tout.
Lorsqu’elle aura fait le plein, lorsqu’elle sera nourrie elle même, lorsqu’elle aura mis son propre masque à oxygène, elle pourra accomplir l’accompagnement des autres.

Comment l’aider ? Lui permettre de l’espace de remplissage, de resourcement, selon ses envies : formation, thérapie, accompagnement, coaching, massage, voyage… tout ce qu’elle peut faire pour s’apporter du soin !

En ce début d’année, à l’heure des bonnes résolutions, prenons soin de nous « m’aime » !

Sophie Mercier
Coach en Mincithérapie®
Thérapeute

 

 

 

L’intestin Irritable – Test du Bodyfokus Symbiotque Vital Activ par notre association et 5 de ses membres

BodyFokus Vital Activ, complément alimentaire qui peut soulager votre intestin.
Article Bodyfocus - Intestin irritable



Aujourd’hui, je vais vous parler de l’intestin irritable et du Bodyfokus Symbiotque Vital Activ.
Etant une « victime » de ce dernier depuis plusieurs années, je ne cesse d’essayer de trouver un remède à ce problème et après avoir essayé une panoplie de probiotiques, j’ai recherché un produit pouvant proposer à la fois un prébiotique et probiotique. Un jour, une personne m’a parlé du " Bodyfocus " en me disant que cela l’aidait énormément ! Par curiosité, je l’ai essayé et il est vrai que j’ai été très vite étonné de son effet sur moi ! Dès lors, j’ai décidé de le faire essayer à d’autres personnes afin d’avoir leur témoignage !

En quelques mots d’explications, qu’est-ce que l’intestin irritable d’un point de vue scientifique ?
L’intestin irritable, aussi appelé côlon irritable ou SII, est un dysfonctionnement de l’intestin qui génère des troubles, des symptômes intestinaux pouvant être très gênant.

Ce trouble de l’intestin peut comporter chez l’individu des micros lésions intestinale visibles ou non.

Ballonnements, distension abdominale, trouble du transit, diarrhée, constipation mais encore d’autres symptômes tels que : «des gaz, des nausées, des brûlures d’estomac, du mucus dans les selles, de la fatigue, une dépression,… », ce dysfonctionnement touche 5 et 20 % de la population.

Comment avons-nous sélectionné ces personnes-test?
Afin de bien tester ce Probiotique, nous avons sélectionné 5 personnes dans l’entourage de l’association, répondant à un diagnostic scientifique de l’intestin irritable. Nous leur avons fourni deux boites de Bodyfokus Symbiotque Vital Activ à raison de deux gélules par jours, matin, midi et soir.

Voici trois de leurs témoignages :
Cécile M. donne une note de 4/5.

Ce n’est pas la première fois que j’utilise des probiotiques car ces derniers me sont recommandés par mon médecin, ça fait 8 ans que je souffre de l’intestin irritable, mes problèmes ont commencé lors d’une dépression dûe à mon travail ! J’ai depuis énormément de ballonnements dès que je bois un peu d’alcool ou que je mange trop acide, malheureusement, la vie actuelle fait que nous sommes très actif et amené régulièrement à manger vite fait,… J’ai également de la fatigue chronique qui est apparue en même temps que le SII je vous passe les détails des autres symptômes. Depuis que je prends le Bodyfokus, je suis beaucoup moins ballonné et ma fatigue a diminué, je ne sais pas si c’est psychosomatique ou une coïncidence mais personnellement, je pense vraiment que ça m’aide vraiment. Le seul regret est que je trouve que ce dernier est cher et en plus il ne se vend que sur Internet ! A ça, il faut y rajouter le prix des frais de transport, mais comme il me fait du bien, je vais tout de même continuer à le prendre.

Mélanie C. donne une note de 3/5.

Alors, tout d’abord merci de m’avoir proposé cet essai, je trouve génial ce que vous faites. Après deux mois d’utilisation de ce probiotique, il est vrai que j’ai beaucoup mois de diarrhée et effectivement, je vois une différence. De plus, je n’ai plus de remontée acide. Cependant, si je fais un écart trop important dans mon alimentation, j’attrape des douleurs et de nouveau des ballonnements. J’aurais préféré avoir trouvé le produit miracle à mes problèmes de digestion ! Enfin, je vais continuer deux-trois mois afin de voir l’évolution.

Maxim P. donne une note de 4/5.

Alors, je dis bravo à ce produit et merci à vous de m’avoir permis de l’essayer, il est génial pour moi, je n’ai plus du tout de douleurs au niveau du bas ventre, je suis plus rarement ballonné, j’ai senti une nette différence au niveau de ma vitalité, mon énergie physique et mentale à augmenter et le mieux dans tout cela, c’est que mes problèmes de concentrations ont diminué dès la troisième semaine. Incroyable et merci encore.

Les 2 autres personnes ont donné les notes de 3,5 et 2,5 / 5

Le Bodyfokus obtient une moyenne par nos testeurs de 85% !

Quels est la composition du Bodyfokus Symbiotque Vital Activ ?

Notre conclusion :
Effectivement, ce produit n’est pas LE remède à l’intestin irritable mais il répond bien aux symptômes en les diminuant. Nous pensons que le fait qu’il soit composé non seulement de probiotique mais également de prébiotique, facilite son utilisation pour mieux recréer la flore intestinale de notre corps. Nous ne sommes pas scientifique et donc, nous ne pouvons faire que des suppositions mais si Bodyfokus Symbiotque Vital Activ diminue les symptômes et qu’il est en vente légale, nous le recommendons vivement !

Dès lors, notre association a négocié un prix avec Bodyfokus afin de permettre de diminuer les coûts d'achat et Bermude asbl peut vous proposer ce produit moins cher que sur le site officiel; les frais de livraison seront moindres car le produit viendra directement de la Belgique.

Si vous désirer vous procurer ce produit, envoyer-nous votre commande via email à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
1 boite pour un mois, frais d’envoi 6,5€ (jusque 1kg)

 35€

Damien Guidez, Président de Bermude

Article Bodyfocuset intestin irritable

Inscrivez-vous à nos lettres d'informations
Joomla Extensions powered by Joobi