Couple

Comment prendre soin de son couple, nos chroniqueurs se penchent régulièrement sur la question et vous proposent des articles

Découvrez des articles qui vous expliquent comment prendre soin de son couple et de son fonctionnement.

La vie en couple, pas toujours évident, comment gérer cela ?

Savoir combiner le boulot et la vie de couple, pas si facile...

Le Célibat et l’apprentissage d’une meilleure façon d’aimer  

Un moment sans couple est un moment particulièrement propice à la réflexion sur soi, sur l’amour de soi, sur l’engagement que l’on désire, sur sa propre identité, ses évolutions, ses apprentissages : ne le zappez pas !

 

Entourez vous de personnes ressources, des réflexions constructives sur ce que vous avez vécu. Ne remettez pas ce que vous avez de plus précieux (votre cœur) dans les mains de l’inconnu sans avoir compris l’histoire précédente, sans avoir digérer le contenu de la souffrance vécue. C’est risqué de reprendre la même histoire, avec d’autres acteurs. La vie nous propose de vivre les mêmes choses tant que nous ne prenons pas les bonnes décisions pour nous même. C’est aussi risqué d’amener les fantômes dans la nouvelle histoire et de la contaminer.

 

Chaque rencontre est  une « expérience à vivre ». Si on l’analyse, nous sortons d’un statut de « victime de l’autre » . Qu’est ce que j’ai appris comme information sur moi dans cette relation finie?  Ensuite on pourra trouver de nouvelles façons de faire et d’être.

 

C’est important de repérer  dans l’échange avec l’autre les attitudes qui créé du stress et les réactions vécues...  C’est parfois minime, mais c’est déjà indicateur. Parfois nous sommes tellement amoureux que nous ne voyons pas les griffes qui sont en train de se faire dans notre cœur… On passe aveuglément à côté, et pourtant, dans les premiers moments du couple, il y a déjà les indicateurs que l’autre n’est pas totalement pour nous.  Cette analyse est donc intéressante : quels sont les premières attitudes qui m’ont dérangées et que je n’ai pas voulu voir et pourquoi ?

Une relation doit être fluide et heureuse. Pas stressée et blessante.

Mettre en conscience les attitudes qui peuvent déjà déterminer un type relationnel, va nous permettre de ne pas les reproduire.

 

Dans une relation, on est ou on n’est pas. On nait ou on nait pas. C’est un tord de croire que les sentiments, les inclinaisons peuvent arriver par la suite, ou de penser que l’autre va devenir à un moment donné un autre. Personne ne peut deviner ce que votre cœur est en train de vivre, il n’y a que vous qui le ressentez.

 

Pas d’acharnement thérapeutique pour les sentiments !

 

C’est fluide ou pas, c’est évident ou pas.  ET si cela était le cas et que cela a changé, il faut agir rapidement, sans patience. La guérison spontanée n’arrivera pas…  Il y a une action derrière chaque bonheur. Si la relation est heureuse c’est l’indication. Si je suis tel(le) que je veux être, et que l’autre reste souriant à cela, il n’y aura pas de stress.  Par contre, si vous vous adaptez à quoi que ce soit, c’est dangereux.

 

L’absence de patience est un très bon moteur de changement. Et aussi un acte respectueux pour soi.

 

Chaque relation est un apprentissage, chaque échange est un apprentissage. Nous sommes en chemin pour découvrir la meilleure façon d’aimer

 

 

 

Quand la vie est perçue comme une aventure merveilleuse, elle est toujours gagnante.

 

Sophie Mercier / Coach Familial

 

Conseillère conjugale et familiale

thérapie de couple, article sur le couple

Besoin de l'autre dans le couple, comment sortir de ce besoin ?

Couple - Sortir du Besoin de l’autre - Sophie Mercier conseillère conjugale vous explique comment sortir du besoin de l'autre.

 

Ces dernières années d’expérience personnelle et professionnelle, m’ont amenée à une réflexion sur le sens du couple et sur le besoin d’être avec l’autre.

Qu’elle est la juste distance de chacun de nous dans un couple pour ne pas en arriver à une vampirisation de l’autre, un chemin qui nous emmène vers la non existence personnelle. Comment aller vers une existence plus saine avec l’autre?

 

La co-dépendance qui s’installe parfois dans le couple, est l’attitude qui nous empêche d’exister pour nous-même : nous sommes une personne à travers le rôle que nous jouons pour l’autre, nous privant parfois de l’essentiel pour nous. Nous engageons l’autre dans une absolue nécessité d’être quelqu’un pour nous et de nous remplir. C’est une complicité non saine.

L’étouffement va provenir du fait que nous ne pouvons plus être libre. Nous devons répondre à un devoir plutôt qu’à des envies. Nous ne sommes plus ensemble parce que cela va de soi, parce que nous aimons cela, que cela nous énergétise, mais parce que nous sommes engagés et liés, en prison.

L’hypercontrôle que nous opérons sur nous-même, va engendrer le non-soi. Je dois me contrôler, contrôler mes besoins, sacrifier certaines choses parce que l’autre ne le permet pas, pas toujours de façon exprimée, mais parfois aussi parce que l’on ressent que notre conjoint ne pourrait pas le supporter. Je suis sa « chose », il est aux commandes de ma vie, et je lui ai donné ce pouvoir.

 

Ces situations provoquent énormément de tensions et de souffrance et nous éloigne de l’amour.

L’amour qui est la plus belle chose au monde, et qui ne peut exister qu’à la condition d’être libre de le ressentir, à la liberté de rechoisir l’autre de façon constante.

 

Alors comment permettre cette liberté d’être, si nous sommes engagés dans une relation ?

Toute la difficulté est là. Etre libre ensemble, aimer sans s’attacher…

La solution passera forcément par une conscience de nos problématiques profondes et de nos besoins liés à cette problématique. Peur d’être abandonné, manque d’estime de soi, …

 

Ces questionnements sur nous pourraient nous ouvrir des portes vers la compréhension de notre situation. Sommes nous des êtres remplis ? Remplis d’amour pour nous, rayonnants et offrant de l’amour dans nos relations ? Sommes nous dans une relation de besoin (de l’autre, de ce qu’il me donne, de ce qui me sécurise ?)

Avons nous des domaines de « nourriture de vie » autres que la relation à l’autre ?

Si nous sommes dans notre vie pour être quelqu’un pour quelqu’un, qui sommes nous pour nous mêmes ?

Combien d’amours sont floués, parce qu’ils sont dans l’indispensable nécessité ?

Combien de personnes se referment et ne s’autorisent plus l’amour car ils ont été emprisonnés dans cela ?

Combien de personnes sont dans le devoir d’être quelqu’un d’autre qu’eux même ?

 

Il nous est indispensable de nous questionner là dessus pour évoluer vers un amour plus libre, plus conscient, plus éveillé.

 

Quelle est la différence entre le besoin et le désir de l’autre ?

 

Etre heureux sans l’autre donne envie à l’autre de partager cela. Nous sortons d’une relation d’obligation d’amour ou de bonheur. L’idéalisation de ce que nous devrions être ensemble. Nous pouvons partager le « plus » de nous même.

Dans le monde qui se présente à nous pour demain, nous avons la nécessité de pouvoir compter sur des adultes construits et en réflexion permanente sur eux même. Des adultes en entier. Qui se partagent et se soutiennent, non pas par obligation mais par envie. Des adultes qui sortent des modèles limitants  pour être capables d’adaptation et de créativité.

Cela demande de construire une sécurité intérieure, une paix et un amour pour soi. Je suis la meilleure personne pour moi même. Je suis en accord et juste avec moi. Et j’aime être avec les autres, parce que je suis authentique. Je ne triche plus, je ne me sacrifie plus, je n’oblige plus personne. Je n’ai plus d’attente car je réponds à mes besoins et donc, la relation à l’autre est saine.

Dans le couple essayons d’être des cerises sur le gâteau, partageons le meilleur et décidons de quitter le pire, existons avant tout pour nous même et offrons cela à l’autre.

 

Sophie Mercier - Conseillère conjugale

couple et dépendance, couple, sortir du besoin du couple, sophie mercier

Parent sous pression: risque d'explosion

Parent sous pression: risque d'explosion

 

La sonnerie de votre réveil retentit et annonce le top départ d'une journée marathon. Les activités de la vie quotidienne s'enchaînent à un rythme effréné. Une activité professionnelle est une source d'épuisement potentielle. Etre parent à temps plein ou même partiel peut également vous amener à épuiser vos ressources.

"Hop, hop, hop! Les enfants, debout et habillez-vous! Pour la troisième fois, vous éteignez la télé et vous mettez vos manteaux. Tout le monde en voiture! Un dernier bisou parce que maman doit aller travailler. Les chéris, vous mangez votre goûter dans la voiture pendant que maman va faire des courses. On se dépêche, l'entraîneur vous attend sur le terrain. Vous avez fini les devoirs? A table, au bain, au lit, … Une histoire puis maman va pouvoir souffler et faire la vaisselle, la lessive et le repassage."

Mener de front vie privée et vie professionnelle est un défi que vous relevez courageusement, jusqu'au jour où une goutte d'eau fait déborder le vase. L'épuisement peut se manifester de plusieurs façons: vous n'arrivez plus à sortir de votre lit, vous avez envie de tout laisser tomber et vous enfuir loin de votre famille, vous êtes irritable en permanence, vous hurlez sur les enfants voire vous en avez secoué ou giflé un.

Quand nous devenons parent, nous avons une vision idéalisée de cette parentalité, du modèle que nous voulons être, des valeurs que nous souhaitons transmettre, des erreurs de nos propres parents que nous refusons de reproduire. Les contraintes matérielles nous imposent rapidement des sacrifices sur nos idéaux. Lorsque la réalité s'éloigne trop de cet idéal, les émotions ou états émotionnels se manifestent. Nous avons vite fait de les ignorer: pas le temps pour ça! Vous vivez peut-être depuis des années en mode cocotte-minute avec le sentiment que cette tension permanente est normale. Toutefois, si vous ignorez les signaux trop longtemps, le corps prend le relais et s'exprime. Pourtant, ceux d'entre-nous qui font la démarche de se tourner vers l'intérieur, vers les émotions pour chercher la source des maux sont rares. La plupart vont chercher des réponses chez le médecin.

Et si, maintenant que vous avez quelques minutes devant vous, vous preniez le temps de vous écouter?

Vous êtes fatigué et pourtant vous traînez pour aller vous coucher, vous n'arrivez pas à dormir. Même quand vous dormez, la fatigue persiste. Olive vous accompagnera vers un sommeil réparateur et une meilleure gestion de vos temps de repos.

Les enfants sont turbulents ou désobéissants et vous avez tendance à sortir de vos gonds. La fumée vous sort par les oreilles. Vous craignez de perdre le contrôle et de céder à une pulsion violente. Cherry Plum fera baisser la pression. Vous pourrez aborder les situations conflictuelles avec davantage de calme.

Vous culpabilisez car vous avez le sentiment de passer plus de temps au travail qu'avec votre famille, de passer à côté de l'essentiel. Vous vous en voulez d'avoir eu un geste ou une parole malheureuse envers vos enfants ou votre conjoint. Vous vous sentez coupable de ne pas pouvoir tout gérer. Même les rares moments de repos que vous vous accordez sont source de culpabilité. Pine remettra l'église au milieu du village. Vous n'avez pas de super pouvoirs! Vous serez plus indulgent face à un moment de faiblesse. Pine permet d'assumer pleinement vos responsabilités tout en reconnaissant celles qui ne vous incombent pas et d'être fier de ce que vous accomplissez.

Devant la multitude de tâches qui vous attend, vous vous sentez dépassé. Vous ignorez par quel bout commencer et restez figé. Elm vous amènera à établir des priorités et reprogrammer ce qui peut l'être à plus tard. Et éventuellement, déléguer certaines tâches. Vous ne devez pas tout assumer!

Le train-train quotidien vous ennuie, vous avez des difficultés à vous mettre à l'ouvrage, à démarrer votre journée. Penser à ce que vous avez à faire est plus pénible que réaliser la tâche elle-même, somme tout, rapidement accomplie. Hornbeam est la petite étincelle qui permet de démarrer dans la légèreté.

Vous pensez que vous n'avez pas le choix. Vous devez avancer coûte que coûte, quitte à tomber d'épuisement. Oak vous aidera à prendre conscience de vos limites. Pouvoir dire stop et se reposer est parfois plus productif par la suite que puiser en permanence dans ses réserves, au risque de les épuiser.

 

Johanne POTUMS
Conseillère en fleurs de Bach à Huy 
www.aimotions.be 
0476/86 68 28

 

Parent et fatigue, stress,...

De la charge mentale et des femmes parfaites …

Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Par définition, ce terme définit le poids qui pèse sur la personne responsable de la gestion de la maison et de la famille. Cette charge est très souvent imputée à la femme qui joue à la fois le rôle de maman, épouse, femme active, …*

Se lever plus tôt que tout le monde pour prendre une douche, se faire jolie, grignoter un truc en vitesse en emballant le casse-croûte de chacun, préparer les enfants le matin pour les conduire à l’école à l’heure, arriver au boulot en nage et déjà fatiguée mais devoir être au top toute la journée malgré tout, faire des listes pour tout et pour rien durant la pause et y repenser 12 fois sur l’après-midi, reprendre les enfants pour les déposer au foot, à la danse ou au cours de solfège, gérer les menus, les courses, récupérer les enfants, assumer les lessives, le ménage, le souper, les bains, mettre les enfants au lit après la petite histoire du soir, vouloir lire un livre intéressant et s’endormir après 2 pages … vouloir faire tellement plus encore mais ne pas en avoir la force, devoir penser à tout, tout le temps …

Toutes ces petites tâches, d’acheter les croquettes du chat à laver le t-shirt de son petit chérubin au dernier moment pour le cours de gym du lendemain apparaissent comme des détails pour les autres membres de la famille qui se demandent d’ailleurs souvent pourquoi elle s’énerve … Pourquoi ?!!! Et bien, parce que trop, c’est trop !

La charge mentale s’alourdit un peu plus par notre tendance à tout reporter au lendemain, même les petites choses qui prennent peu de temps et dont nous pourrions nous acquitter immédiatement. La procrastination s’est immiscée dans nos vies car la lassitude a pris le dessus sur nos to-do lists et notre besoin d’une vie épanouie. Il est néanmoins essentiel de faire une pause, de se faire plaisir, de ne rien faire mais à bon escient ! Prendre du temps pour soi, oui ! TOUT reporter tout le temps, non ! Car temporiser à tour de bras pour tout et pour rien nous fait stagner, les choses à faire n’avancent pas, nous devons quand même y repenser plus tard et la charge mentale se fait (encore) plus pesante. Faire les choses tout de suite allège l’esprit et offre une bonne dose de satisfaction et de soulagement. Du coup, l’estime de soi remonte en flèche !

Train-train quotidien, fatigue chronique et recherche permanente de perfection sont un cocktail explosif, la bombe à retardement est activée et risque de faire pas mal de dégâts. Il est donc essentiel, voire vital, de ne pas se laisser submerger par cette grosse vague. Je vous rassure, il est possible d’anticiper et de s’organiser pour éviter de tomber dans un burnout familial ou organisationnel.

Oui mais moi, j’aide ma femme !

Alors là, c’est LA phrase qui en horripile certainement plus d’une ! Un homme ne devrait pas aider sa femme, il devrait simplement assumer sa part de travail dans la maison. Chacun dans le ménage a sa part de responsabilité dans les tâches ménagères car chacun produit un travail en lien avec son activité dans le foyer (chacun se lave et donc salit la salle de bains, chacun mange et souille de la vaisselle, …).

Alors, comment s’en sortir ?

  1. Prendre conscience qu’il y a un souci d’organisation et que l’on sent poindre la charge mentale est déjà un grand pas, le plus important.
  2. Il est également important d’en parler, de faire part de vos ressentis et de vos difficultés. Communiquer de manière non violente sur vos besoins sera certainement entendu par les gens qui vous aiment.
  3. Ne faites que l’essentiel, devenez minimalistes !
  4. Si vous n’aimez pas une tâche ou que vous risquez de l’oublier, faites-la en premier. Si elle est censée durer longtemps et que vous n’avez pas envie d’y passer du temps, consacrez-y juste 5 minutes pour débuter (un petit pas à la fois, le principe du Kaizen).
  5. Prenez le temps de vous chouchouter et de vous récompenser quand vous avez atteint un mini-but ou qu’une de vos tâches rébarbatives est terminée. Trouvez des petites choses pour vous faire plaisir et entretenir votre motivation. Bref, faites-vous plaisir !
  6. Apprenez à déléguer et lâchez prise sur le résultat. Déléguez en un partage équitable, en fonction des goûts et des compétences de chacun. Pour le reste, négociez en famille. Communication et dialogue, travail d’équipe pour un résultat efficace !
  7. Créez vos propres routines familiales pour que tout roule !
  8. Dites STOP à la culpabilité, à la perfection, au regard des autres.
  9. Vivez la vie que VOUS avez choisie, sans frustration, pour votre épanouissement personnel et familial !

Si vous désirez en apprendre plus sur la marche à suivre en collectif ou vous faire accompagner dans la recherche de VOTRE épanouissement en individuel, ouvrez la porte de La Vie Enchantée. Le programme Zen Mama a été créé pour s’adapter sur mesure à votre vie et vos besoins, grâce à différents ateliers (« Lutte contre la charge mentale », « Créez votre Morning Routine », « Créez votre Evening Routine », « Gestion du temps et des priorités », « Minimalisme et cocooning »). Si vous désirez changer de vie, un seul numéro de téléphone : 0032478568985. Possibilité de coaching par vidéo-conférence également. Je vous invite à visiter notre site www.lavieenchantee.be et à liker notre page Facebook, La Vie Enchantée Coaching de Vie, pour y retrouver chaque matin une citation inspirante J

Alors, à très bientôt ;)

Marjorie Porignaux

Coach de Vie et Home Organizer à La Vie Enchantée

Le 19/01/19

 

*Notons néanmoins que de plus en plus de papas se retrouvent seuls avec leurs enfants et gèrent magnifiquement bien !

 

 

 

 

 

Marjorie Porignaux, charge mentale, fatigue mentale

Pour la Saint-Valentin, offrez-lui des fleurs

Pour la Saint-Valentin, offrez-lui des fleurs

 

La Saint-Valentin est un jour spécial où le célibat peut être plus lourd à porter qu'un autre jour. En désespoir de cause, vous acceptez un rendez-vous en dernière minute avec un de vos interlocuteurs du site de rencontre ou avec le frère d'une collègue. Ces rendez-vous improvisés réservent parfois d'agréables surprises et parfois de moins bonnes.

Malheureusement, une fois installée à la table du restaurant, vous n'avez aucun moyen de vous échapper! Vous avez oublié de demander à votre meilleure amie de vous téléphoner en début de soirée afin que vous puissiez prétexter une urgence et filer comme une voleuse. A défaut de passer une soirée agréable, voici quelques fleurs de Bach que vous pourriez, mesdames, lui proposer pour que les futurs rendez-vous de votre chevalier servant se passent mieux.

 

 

Un vrai moulin à paroles

Voilà une heure que vous êtes installés à table et vous n'avez pas encore pu en placer une. On dirait que ce gars n'a plus parlé à personne depuis des semaines. Vous savez maintenant tout de ses aventures à la maternelle et craignez de voir arriver les six années d'école primaire. Cette logorrhée verbale vous saoule au plus haut point!

Pour vous-même, pensez au remède d’urgence (mélange de 5 fleurs de Bach). Vous trouverez la patience de l'écouter jusqu'au bout grâce à l'Impatiens et vous aurez moins peur de perdre le contrôle de vous-même grâce à Cherry Plum. La Clematis peut vous aider à rester ancrée dans le présent plutôt que rêver à un ailleurs meilleur et surtout plus silencieux. Pour lui, glissez-lui qu'Heather pourrait apaiser son sentiment de solitude et son besoin de remplir le vide par des paroles., laisser un peu de place à l'autre et lui donner l'opportunité de nouer des amitiés sincères et nourrissantes.

 

 

Tanguy or not Tanguy

Il vit toujours chez ses parents – à 35 ans, c'est un peu exagéré – et vous fait la liste interminable des activités qu'il aime faire avec sa petite maman. Ils s'appellent dix fois par jour. - Ha, d'ailleurs, la voilà qui sonne! - Vous ne pouvez vous empêcher de vous imaginer dans le lit conjugal avec belle-maman entre vous deux. Un ménage à trois, c'est hors de question!

Pour qu'il puisse prendre son indépendance et couper le cordon avec maman, proposez-lui Chicory.

 

Pauvre Calimero!

Vous hésitez entre le plaindre et le secouer un bon coup. Votre rencard s'épand en long et en large sur sa dernière rupture. Pauvre de lui, il ne s'y attendait pas. Il a tout fait pour que ça marche mais son ex n'a pas su apprécier toutes ses qualités. En plus, il vient d'être viré. Il ne comprend pas pourquoi parmi tous ses collègues, il a fallu que ça tombe sur lui. Il ne lui manque que la coquille de Calimero. Son penchant à se comporter en victime ne vous a pas échappé.

Proposez-lui Willow pour qu'il réalise qu'il peut reprendre son destin en main au lieu de le subir, voir les opportunités qui se présentent à lui au lieu des galères.

 

Il ne sait pas choisir

Vous mourez de faim. Vous avez renvoyé quatre fois le serveur parce que le gaillard a du mal à décider sur quel plat il va jeter son dévolu: "Tu prends une entrée? Je préfère une entrée qu'un dessert mais j'ai peur de me couper l'appétit. J'ai envie de viande mais le cabillaud me fait très envie. La lasagne de la table à côté a l'air délicieux aussi. Je prendrais bien du vin mais il y a beaucoup de contrôles pour l'instant, c'est risqué. Ou alors, peut-être juste un verre." Vous suez déjà des gouttes à l'idée de devoir choisir un dessert! Le jeune homme a clairement du mal à faire des choix.

Vous l'aiderez en lui proposant Scleranthus, il aura une vision plus claire de ce qu'il veut et prendra une décision en accord avec ses convictions.

 

Muet comme une carpe

L'horreur! Vous acceptez un rendez-vous pour ne pas traîner en pyjama devant la télé et le mec en face de vous est muet comme une carpe. S'il a le malheur d'oser une phrase, il bafouille. Il est cramoisi et semble au bord de l'évanouissement. Surtout, ne tentez aucun contact physique, vous risqueriez de l'achever. Ce jeune homme souffre sûrement de timidité excessive.

Afin de lui éviter un tel fiasco à l'avenir, conseillez-lui une cure de Mimulus pour qu'il trouve le courage de s'adresser à une jolie inconnue. Si vous avez du remède d’urgence dans votre sac, vous pourriez sauver la soirée!

 

 

Messieurs, sans rancune, toutes ces situations peuvent être transposées à la gente féminine.

 

Ecrit par Johanne Potums

Conseillère agréée en fleurs de Bach

www.aimotions.be

  • 1
  • 2